Archives

La sélection : L’élue, tome 3 de Kiera Cass

Couverture La Sélection, tome 3 : L'ÉlueAuteure : kiera Kass

Genre : Dystopie/Romance/Littérature jeunes adultes

Nombre de pages : 337 p.

Quatrième de couverture :

Une seule candidate sera couronnée…
L’ultime volet très attendu de la trilogie de Kiera Cass, best-seller en France et à l’étranger !

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles à tout jamais. Pour les quatre encore en lice au Palais, les amitiés qu’elles ont nouées, les rivalités qui les opposent et les dangers qu’elles ont dû affronter vont les lier pour le restant de leurs jours. Car l’heure est désormais venue de désigner l’heureuse élue…

America n’a jamais osé rêver être si près de la couronne, ni du coeur du prince Maxon. Mais, à mesure que la compétition approche de son issue inexorable et que les menaces qui visent le Palais se font plus pressantes, elle se rend compte de ce qu’elle risque de perdre et de l’âpreté de la lutte à mener pour obtenir ce qu’elle désire si ardemment.

Mon avis :

S’il y a série dont j’attendais le dernier tome avec impatience, c’est bien celle-ci! Rarement je n’ai lu une série avec autant d’avidité et d’enthousiasme. J’ai dévoré ce tome en une soirée, défilant les pages ave fébrilité, mon cœur palpitant à tout rompre et s’arrêtant presque de battre à certains moments. Je voulais absolument que Maxon et America finissent ensemble, telle Cendrillon et son prince charmant. Je ne vous dévoilerait pas le punch quand même, mais sachez que cette fin nous transporte dans un tourbillon dont il est impossible de s’extirper avant l’apogée final : le mariage du prince Maxon avec… :-)

Je trouve que la grande force de Kiera Cass est de nous transporter tout de suite dans son univers comme si le lecteur en faisait partie. Elle a une écriture vivante. Durant ma lecture, j’ai eu l’impression d’être dans l’action, de vivre le moment présent, au rythme des personnages. Kiera Cass sait doser bien doser les moments plus faibles et plus forts dans le récit. Elle nous enquiquine avec un moment tendre, de joie et de bonheur, puis PAF, retournement de situation! Ce récit fait passer le lecteur par de vraies montagnes russes. Les renégats sont plus présents que jamais, le danger guette chaque candidate restante : non seulement elles, mais leur famille, la population entière. Personne n’est l’abri. Toute cela crée une ambiance assez inquiétante au château qui m’a plu, car je n’ai su sur quel pied danser. Le danger pouvait surgir à tout moment. HAHA!!! On dirait que je parle d’un thriller, alors que ce n’est pas du tout le cas, mais j’ai aimé cette aura de mystère qui règne au château.

Concernant les personnages, Maxon m’a toujours autant fait vibrer, même si le prince devient moins charmant. Il laisse de plus en plus paraître ses failles, ses faiblesses et cela ne fait que le rendre plus humain. Il a beau être un prince, c’est un humain d’abord et avant tout. Il se dévoile un peu plus à America, notamment en lui montrant sa chambre et en lui partageant sa passion pour la photographie. Chaque sélectionnée a pu découvrir certaines facettes de Maxon restées cachées aux autres candidates. America ne sait pas tout de lui, loin de là et j’ai aimé que Maxon se révèle un peu plus. La seule chose qui, à mon sens, manque est qu’il s’oppose à son père, qu’il ose lui tenir tête fermement une bonne fois pour toute, cet être vil et détestable, mais bon, on ne peut pas tout avoir. Pour ce qui est d’America, elle réussit à demeurer elle-même, même dans toutes ces épreuves qu’apporte la sélection. Alors que tout les candidates agissent selon ce que l’on attend d’elles, America agit en son âme et conscience, selon ce qu’elle croit juste et bon et je l’applaudie, car c’est loin d’être facile, notamment dans un contexte comme la sélection. Il me reste en tête, entre autre, le moment de la cérémonie du Verdict où chaque candidate est censée, pour montrer sa capacité à assumer le rôle de future reine d’Illea, condamner une personne qui a commis un crime. La personne qu’on assigne à America n’est, en fait, un petit voleur qui a volé pour assurer la survie de sa famille. America ne veut pas le condamner, participer à cette cérémonie. Elle n’a pas le choix et la façon dont elle s’en sort est grandiose.

Quant à Aspen, il m’avait laissée pas mal indifférente dans les autres tomes, mais je dois avouer que j’ai appris à l’apprécier dans ce tome, surtout pour sa loyauté et son dévouement à tout épreuve envers America. J’ai aimé l’évolution de sa relation avec America, le respect mutuel et l’amitié qui les unit, car l’amour n’est plus tout à fait ce qu’il était. En ce qui concerne Céleste, la détestable Céleste prête à tout pour remporter la sélection, elle m’a agréablement surprise. Je crois qu’au contact d’America, elle en vient à comprendre qu’elle n’a pas besoin de remporter la sélection pour avoir du prestige ou conserver l’estime de ses proches ou des autres. Elle est capable d’accomplir beaucoup et de réussir dans la vie sans remporter la sélection. Son attitude se transforme donc beaucoup au fil du récit. Les quatre candidates restantes se rapprochent dans ce dernier volet de la série, sont plus soudées et j’ai trouvé ça beau dans ce contexte de compétition.

Finalement, je pourrais continuer à parler de ce roman durant des pages et des pages, mais je crois que pour ceux qui n’ont pas découvert encore cette série, plongez tout simplement. Je sais que certains lecteurs reprochent à Kiera Cass de ne pas avoir assez approndi l’aspect des Renégats, mais pour ma part, ça ne m’as pas dérangé plus que ça, car c’est la relation entre Maxon et America qui est mise de l’avant et je comprends ce choix de l’auteure. Néanmoins, cette merveilleuse saga mériterait un quatrième tome traitant de la post-sélection et de la manière dont  le régime des castes va pouvoir être aboli. S’il vous-plaît, Kiera Cass, écrivez un autre tome. Laisse à vos lecteurs la chance de baigner dans cette univers magique encore une fois. Voilà, mon souhait est lancé dans l’univers!!!

Ma note :

Mon appréciation :

Coup de coeur !!!

Publicités

La sélection : L’élite, tome 2, de Kiera Cass

Auteure : Kiera Cass

Genre : Dystopie/Littérature jeunes adultes

Nombre de pages : 308 p.

Quatrième de couverture :

La Sélection de 35 candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de 6 prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber. Pour America Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d’enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales… Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie…

Mon avis :

J’attendais cette suite avec une impatience que j’ai rarement eu pour un tome 2 et je dois vous dire que je n’ai été nullement déçue, très loin de là. Au contraire, le coup de coeur que j’avais eu pour le premier tome s’est confirmé pour cette suite qui m’a fait vivre des émotions et encore des émotions. J’ai débuté ma lecture le soir même où je l’ai acheté et je n’ai pu lâcher mon livre dans lequel j’étais plongée avec passion. Il est vraiment aussi addictif que le premier. Pour moi, il n’y a eu aucun temps mort durant cette lecture qui a réussi a faire augmenter les battements de mon coeur à maintes reprises. Est-ce que je vous ai dis à quel point j’ai adoré cette lecture? :-)

Beaucoup de personnes ont plus ou moins aimé ce roman, car elles ont trouvé America girouette, qu’elle changeait tout le temps d’idées à propos de Maxon et d’Aspen, mais en même temps, j’ai compris ses réactions. Pour moi, cela fait partie de son authenticité et ça n’aurait pas été réaliste qu’elle passe à Maxon et oublie son amour d’enfance aussi rapidement. De plus, elle ne peut voir Maxon comme elle veut et la compétition est féroce. Les cinq autres concurrentes se battent pour conquérir l’amour de Maxon. Rien n’est acquis et cela amène beaucoup de doutes dans la tête d’America. Pour ma part, America ne m’a pas trop énervée. Je l’ai plutôt comprise à quelque part et il se passe tellement de choses dans ce roman que je n’ai pas eu trop le temps de m’attarder là-dessus. J’ai eu l’impression qu’America et Maxon s’aiment profondément, mais qu’ils se laissent des portes de sorties au cas où l’autre ne le choisit pas. Aimez-vous et soyez heureux, arrêtez de douter l’un de l’autre les amoureux. LOL!!! Quoi qu’il en soit, à la fin du roman, je crois qu’America est plus déterminée que jamais, que son choix se dessine de plus en plus, ce qui augure bien pour le troisième tome.
                                                                                                                                                                                                                              Si cela est possible, je suis tombée encore plus amoureuse dans ce tome de Maxon, qui ne m’a pas déçue une seule seconde. Il est bon, juste, merveilleux, bref America, si tu ne le prend pas, moi je le prends sans problème. HIHI! Il m’a beaucoup surprise de belle façon, notamment par le geste qu’il pose pour une des concurrente de La sélection, mais je ne vous en dis pas plus. Il met toute sa confiance en America en lui dévoilant des secrets importants sur lui-même ce qui pour moi, est très important dans une relation et témoigne de l’amour qu’il lui porte. Maxon a prouvé a America qu’elle pouvait avoir confiance en lui à maintes reprises dans ce roman. Je suis team Maxon à fond les amis. D’ailleurs, une révélation sur Maxon m’a beaucoup surprise et choqué en même temps.
                                                                                                                                                                                                                            Un personnage que j’ai beaucoup apprécié est le père d’America, qui malgré la tempête qui s’abat sur sa fille, la soutient et continue à lui témoigner son appui. La lettre qu’il lui fait parvenir au château m’a énormément touché. Voici un petit extrait : « Tu ferais une excellent princesse, America. Tu es plein de bon sens, de bonne volonté et d’humanité. L’humanité, c’est une qualité primordiale chez un dirigeant, crois moi. Si tu veux la couronne, America, prends-la. Tu la mérites. Et pourtant…si tu refuses un fardeau pareil, jamais je ne te le reprocherais. Tu seras toujours ma petite America. » Je crois que ces mots ne peuvent pas être plus éloquents. Un personnage qui manque d’humanité est le père de Maxon que j’ai détesté au plus haut point. Je ne peux malheureusement pas vous dire pourquoi, mais c’est un salaud de la pire espèce.
                                                                                                                                                                                                                      Également, un point important du livre est qu’on en apprend un peu plus sur Gregory Illea, le fondateur de La sélection et du système de castes qu’il a fondé à travers des bribes de son journal intime. J’ai trouvé cela vraiment intéressant et je pense que cela m’a permis de mieux comprendre dans quelle sorte de monde vit America. Finalement, tout ce que je peux dire, c’est lisez cette série qui est addictive, géniale. Je suis triste de devoir lâcher ce monde. J’en aurais pris encore plus. Je veux lire le tome trois tout de suite, pas dans un an, c’est trop long. Il va pourtant falloir que je prenne mon mal en patience :-) Merci Kiera Cass d’écrire une série qui me fait tant vibrer.
                                                                                                                                                                                     L’avis de mes partenaires : Bouchon des bois – Johanne
                                                                                                                                                                                                                            Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Jeunesse / Young adult :                                                                                                                                                                                                                   Ce challenge a été lancé pour sa seconde année par Mutinelle et Kalea. Il se déroule jusqu’au trente septembre 2013. Je suis inscrite dans la Catégorie 3 : À su garder son cœur de mioche => Au moins 35 ouvrages.


14/35

Ce livre a été lu dans le cadre des challenges suivants :


12/100

https://lavietellequellemepassionne.files.wordpress.com/2013/03/challenger.jpg?w=714
3 de lus


1/36

 

Insaisissable, tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh Mafi

Auteure : Tahereh Mafi

Genre : Littérature jeunes adultes/Dystopie

Nombre de pages : 379 p.

Quatrième de couverture :

Je suis maudite.
J’ai un don.
Je suis un monstre.
Je suis plus forte qu’un homme.
Mon toucher est mortel.
Mon toucher est pouvoir.
Je veux qu’il me touche.
Il ne doit pas s’approcher.
Je suis leur arme.
Je me vengerai.
 
Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un crime. Un accident. 264 jours sans parler. Ni toucher personne. Alors pourquoi Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance vient-il partager sa cellule ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?
L’organisme tout-puissant qui régit le monde de Juliette n’hésite pas à tuer pour asservir le peuple. Mais ce que désire par-dessus tout Warner, le fils de son leader, c’est Juliette. La malédiction qui pèse sur la jeune fille est pour lui une arme inestimable. Seulement Juliette n’a pas l’intention de se laisser faire. Après une vie de paria, elle trouve pour la première fois le courage de se battre et de rêver à un avenir avec celui qu’elle croyait avoir perdu pour toujours…
                                                                                                                                                                                                                                                      Mon avis :
D’emblée, je dois vous dire que ce roman m’a conquise dès les premières pages. Je me suis prise au jeu de cet univers terrible, dans lequel Juliette vit enfermée dans une cellule, car son touché est mortel et un chef nommé Warner veut utiliser ce pouvoir à de mauvaises fins. J’ai trouvé l’idée de départ très originale. Je me suis tout de suite attachée à Juliette. Je voulais savoir ce qu’il allait advenir d’elle, si elle allait sortir de cette cellule. J’ai apprécié cet univers clos dont on ne sait rien et qui est supportée par une narration au <<je>> qui m’a permis de m’attacher à Juliette et de rentrer dans sa tête, de mieux la comprendre. Malgré son pouvoir mortel, Juliette est une bonne personne, généreuse, qui ne veut faire de mal à personne. Elle n’est pas le monstre qu’on veut lui faire croire qu’elle est. D’ailleurs, c’est Adam, un ancien camarade d’école. qui fera prendre conscience à Juliette qu’elle n’est pas un monstre.
                                                                                                                                                                                                                                                                       Un moment que j’ai trouvé particulièrement est lorsque Adam se remémore des souvenirs d’école liés à Juliette et lui dit : « Tu te rapelles en CM1, quand Molly Carter s’est inscrite trop tard pour la sortie scolaire ? Toutes les cases étaient remplies et elle pleurait devant le bus parce qu’elle voulait y aller. Je me souviens que t’es descendue du bus. Tu lui as proposé ta place et elle ne t’as même pas dit merci. Je t’ai regardé, debout sur le trottoir, et on a démarré… – Et en CM2, tu te rappelles ? La  semaine où les parents de Dana ont failli divorcé. Elle est venue chaque jour à l’école sans son déjeuner. Et tu lui as proposé le tien… Dès que la semaine a été finie, elle s’est remise à t’ignorer… – Je t’ai vu faire ce genre de choses un million de fois. Mais tu n’as jamais dit un mot, sauf si on t’y obligeait. » Ainsi, Adam sait voir ce qu’il y a de bien en Juliette malgré son don et j’ai apprécié ce personnage pour cela. Je suis comme ça dans la vie. J’aime voir ce qu’il y a de bien en chaque personne. C’est pourquoi je me suis retrouvée en Adam et sa façon de voir le monde. Sa façon de protéger, d’aider Juliette et de la percevoir me sont allés droit au coeur.
                                                                                                                                                                                                                                                                         L’écriture m’a également énormément plu. C’est la première fois que je voyais des phrases hachurées dans un roman et j’ai trouvé que ça servait merveilleusement bien le récit, car ces phrases expriment un double sens, servent à souligner les contradictions de Juliette, par exemple, qu’elle voudrait qu’Adam la touche (hachurée) alors qu’elle lui dit non. Elles servent aussi à mettre l’emphase sur des éléments importants des pensées de Juliette. Bref, j’ai trouvé cette façon de faire bien pensée. Aussi, il se dégage une poésie dans le texte que j’ai grandement appréciée et dont voici un exemple : «« Je me suis toujours posé des questions sur les gouttes de pluie. Je me demande comment elles tombent en trébuchant les unes sur les autres, en se brisant les jambes et en oubliant leur parachute quand elles dégringolent du ciel vers une fin incertaine. Comme quelqu’un qui vide ses poches sur la terre et se moque où leur contenu va tomber, de savoir que les gouttes de pluie éclatent quand elles heurtent le sol, qu’elles se fracassent quand elles chutent, que les gens maudissent les jours où les gouttes osent pianoter sur leur porte. Je suis une goutte de pluie. » Il s’agit d’un texte très évocateur. Les phrases sont courtes, comme des coups de poignards et le monde terrible qui est représenté dans le roman,  mais sont lourdes de sens et donnent un ryhtme au récit.
                                                                                                                                                                                                                                                                     La fin du roman ouvre sur de belles perspectives pour le second tome que je veux lire absolument. Juliette devient plus assurée, confiante et évolue de belle façon au fil du récit. Ce livre est pour moi un coup de coeur et je vais vous dire une chose : « Lisez-le sans crainte ». Commentaire complètement à part, la couverture de ce roman est douce au touché, j’adore.
L’avis de mes partenaires : Élixir des livres – Marinette –
                                                                                                                                                                                                                                                 Lecture commune :

J’ai lu ce roman en lecture commune avec ma très chère partenaire Bouchon des bois que je remercie beaucoup pour cette lecture commune. Je vous invite à allez lire son avis : http://bouchondesbois.blogspot.fr/2013/04/ne-me-touche-pas-tahereh-mafi.html

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Jeunesse / Young adult :

Ce challenge a été lancé pour sa seconde année par Mutinelle et Kalea. Il se déroule jusqu’au trente septembre 2013. Je suis inscrite dans la Catégorie 3 : À su garder son cœur de mioche => Au moins 35 ouvrages.


11/35

Ce livre a été lu dans le cadre des challenges suivants :


9/100

https://lh5.googleusercontent.com/-JcVcoBg6TUA/UH1sbjCNwuI/AAAAAAAADSI/qOTiNCRfzeo/s167/New%2520Pal%25202013.png
6/54

La sélection de Kiera Cass

Auteure : Kiera Cass

Genre : Littérature jeunes adultes / Dystopie / Romance

Nombre de pages : 343 p.

Quatrième de couverture :

Elles sont trente-cinq jeunes filles : la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’oeil des caméras… Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés

Mon avis :

Prince Maxon, épouses-moi, fais de moi ta princesse pour l’éternité, prends mon coeur de midinette qui fond pour toi :-) (On peut toujours rêver.)

Comme vous l’avez compris, chers amis, j’ai littéralement adoré La sélection, roman pour lequel j’ai eu un véritable coup de coeur et que j’ai dévoré en deux jours et si j’avais eu plus de temps, un jour. Ce livre a fait ressortir la romantique ainsi que la petite fille qui rêve de son prince charmant qui sommeille en moi. Ce livre m’a vraiment fait du bien. Je dirais que c’est un conte de fée moderne, mis à la sauce téléréalité et dystopique. La société est divisée en castes. Chaque caste joue un rôle bien précis. America Singer appartient à la caste cinq, celle des artistes. Entre autres, les castes cinq, six, sept et huit ont de la difficulté  à survivre, doivent lutter pour subvenir aux besoins de leur famille. La Sélection représente une chance unique pour les familles de faire un peu d’argent, car celles-ci reçoivent une rétribution le temps que leur enfant participe à la Sélection, une compétition unissant trente-cinq candidates qui s’affrontent pour gagner le coeur de Maxon qui doit choisir, parmi elles, sa future épouse.

Je sais que le roman comporte certains défauts. J’aurais aimé voir les interations du prince Maxon avec les autres concurrentes, car, comme c’est America qui joue le rôle de narratrice dans le récit, on a accès à ses pensées et à son point de vue. J’aurais aimé de temps en temps savoir les pensées de Maxon, ce qu’il pense de telle candidate, de quoi a t’il discuté avec elle, etc. Une alternance de la narration entre America et Maxon aurait pu être intéressante ans ce cas-ci. Également, je trouve que l’aspect téléréalité aurait pu être plus exploité et que Maxon et America deviennent amis trop rapidement dans le récit. Cependant, j’ai très vite oublié ses défauts, passionnée comme j’étais par ma lecture du récit.

La grande force du récit réside dans les deux personnages principaux et la relation qui s’établie entre eux. America n’est pas une femme comme les autres. Elle est fidèle à elle-même et même dans une compétition comme la Sélection, elle reste authentique. Au départ, elle ne voulait pas participer à cette compétition et déteste Maxon qu’elle trouve ennuyeux sans le connaître. Elle ne cherche pas à le séduire, désire seulement être son amie et rester le plus longtemps possible pour sa famille. D’ailleurs, j’ai trouvé très drôle sa première rencontre avec Maxon, rencontre durant laquelle elle le traite d’idiot et réussi à lui donner un coup de pied dans les parties. Disons que pour un début de relation, j’ai déjà vu mieux.  Aussi, elle n’est pas princesse pour deux sous et demande même au prince la permission de pouvoir porter des pantalons. America est une fille honnête, intègre et proche de ses émotions, à qui on s’attache facilement. J’ai aimé la façon dont elle traite ses servantes dans le château, avec égard, comme des êtres humains et non comme des personnes inférieures. Et que dire de mon futur époux Maxon :-) Il est droit, compréhensif, en mesure de reconnaître ses erreurs et comme le dit si bien America, la générosité incarnée. J’ai  été complètement charmée par ce personnage. Il est à l’écoute des autres, de son peuple.  Il aurait pu renvoyer America à de multiples reprises durant la compétition, mais décide de lui laisser une chance. Les deux vont développer une très belle complicité au fil du récit et leur relation va évoluer en sentiments amoureux. Je sais qu’il y a Aspen aussi dans le portrait, l’ancien petit ami d’America, mais je suis team Maxon à fond :-) C’est un bon prince, juste et droit :-) Je le tue s’il choisit d’épouser Céleste, mais j’ai confiance qu’il fera le bon choix :-) (Désolé de mes emportements chers lecteurs)

À la fin du récit, je ne voulais qu’une seule chose, commencer le deuxième tome, L’élite, mais il n’est pas encore sorti. Ce deuxième tome promet et je conseille à toutes celles qui ont une princesse qui sommeille en elle de se jeter sur La Sélection.

L’avis de mes partenaires : Bouchon des bois Johanne

Mon appréciation :

Coup de coeur !!!

Lecture commune :

J’ai lu ce roman en lecture commune avec mon extraordinaire partenaire Bouchons des bois du blogue Les lectures de Bouch que je remercie beaucoup pour cette lecture commune. Je vous invite à allez lire son avis : http://bouchondesbois.blogspot.fr/2013/03/la-selection-kiera-cass.html

J’ai participé à une lecture commune sur Livraddict alors voici l’avis des autres participantes :

gaellooo
MySweetlies
Anna02
Didinebzh29
L.J. Duhrel
Kassandra
Petite Fleur
Alcyone
Sokitty

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Jeunesse / Young adult :

Ce challenge a été lancé pour sa seconde année par Mutinelle et Kalea. Il se déroule jusqu’au trente septembre 2013. Je suis inscrite dans la Catégorie 3 : À su garder son cœur de mioche => Au moins 35 ouvrages.


10/35

Ce livre a été lu dans le cadre des challenges suivants :


7/100

https://lh5.googleusercontent.com/-JcVcoBg6TUA/UH1sbjCNwuI/AAAAAAAADSI/qOTiNCRfzeo/s167/New%2520Pal%25202013.png
5/54

https://lavietellequellemepassionne.files.wordpress.com/2013/03/challenger.jpg?w=714
2 de lus

Le dernier jardin, tome 1 : Éphémère

Auteure : Lauren DeStefano

Genre : Littérature jeunes adultes / Dystopie

Nombre de pages : 350 p.

Quatrième de couverture :

Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ? Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L’humanité a cru voir son avenir assuré…jusqu’au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l’espèce. Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l’amour sincère de son mari et la confiance qui s’instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n’a qu’une idée en tête : s’enfuir de cet endroit.
                                                                                                                                                                               Mon avis :

Le résumé de cette dystopie m’avait tout de suite attirée en même temps que la magnifique couverture et je me suis plongée dans ce roman qui allait devenir un véritable coup de coeur. C’est un monde cruel et impitoyable dans lequel on entre. De jeunes femmes sont enlevées pour devenir l’épouse de riches hommes. Les jeunes femmes qui ne sont pas choisies comme épouses sont tout simplement abbatues. Le petit oiseau dans la cage dorée sur la page couverture représente bien le sort de ces femmes qui sont elles aussi enfermée dans une prison dorée, soit un manoir de luxe où elles peuvent avoir accès à tout ce qu’elle désire, mais comme ces oiseaux sont privées de liberté. Il s’agit d’un roman coup de point.  J’ai eu quelques pincements au coeur rien à m’imaginer vivre dans un tel monde, être contrainte à vivre loin des gens que j’aime et d’épouser un homme que je ne connais pas. La quête de liberté est d’autant plus importante dans le roman vu que l’espérance de vie des femmes ne dépasse pas 20 ans.

                                                                                                                                                                                                                                                                Ainsi, je n’ai pu être indifférente au sort de l’héroine du roman, Rhine et de ses deux soeurs épouses : Jenna et Cecily. J’ai grandement aimé la relation qui unit les trois soeurs.  Elles apprennent doucement à se connaître et en viennent à se détester, à s’aimer, à s’entraider. Bref, comme de vraies soeurs. Subissant le même sort, elles ne peuvent faire autrement que se rapprocher, mais cachent aussi leur propres secrets, leurs propres désillusions et espoirs à propos de la vie. C’est ce qui je crois, fait tout l’intensité du roman, car malgré toute la cruauté de ce monde, l’espoir persite et une certaine beauté règne. Cette beauté se manifeste par Rhine, qui se bat pour sa liberté, pour fuir la demeure de son époux afin de retrouver son frère, par l’amour que voue l’époux du nom de Linden à sa défunte épouse Rose et l’amour qui se dessine entre Rhine et un serviteur, Gabriel. D’ailleurs, l’amour entre Linden et Rose m’a beaucoup touché, car j’en ai ressenti toute la sincérité et la profondeur. Dans le monde le plus cruel, on ne pourra jamais empêcher un coeur d’aimer.  Linden, aux premiers abords paraît un des méchants du récit, mais la réalité est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, car il respecte le refus de Rhine de consommer leur union. Dans sa position, il aurait pu exiger d’elle qu’elle se soumettent à ses désirs, mais il est patient et ne la brusque pas. On apprend des choses sur Linden au fil du roman qui m’ont fait changé d’avis à son propos.
                                                                                                                                                                                                                                                                           Également, cette beauté se manifeste par le décor somptueux dans lequel vivent les trois soeurs épouses. Par exemple, lors du mariage, les trois femmes sont immergées dans un monde de beauté : « D’un seul coup, le jardin prend des proportions gigantesques : on dirait une ville illuminée par des lucioles  et de petites bougies qui semblent flotter dans les airs… » Malgré ce monde qui offre tout ce que ces filles pourraient rêver d’avoir, Rhine veut se sauver. Cela m’a fait réfléchir sur notre monde et comment le bonheur se trouve dans de petites choses comme déguster des bonbons, des June Bean, un des petits bonheur de Rhine, car malgré tout, Rhine réussit à trouver des petits moments de bonheur dans cette maison. Également, c’est être avec des gens qu’on aime, aller oû l’on veut, pouvoir choisir ce que l’on fait. des choses que l’on prend souvent trop pour acquises. Pouvoir être ce que l’on est et ce que l’on désire et choisit d’être, voilà ce qu’est la liberté et ce à quoi n’accèdent pas les trois soeurs épouses.
                                                                                                                                                                                                                                                                     En somme, il s’agit d’un magnifique roman, poignant et percutant, que je vous conseille de découvrir si ce n’est pas déjà fait.
                                                                                                                                                                                                                                                      Mon appréciation :
                                                                                                                                                                                                                                                                       Coup de coeur!!!
                                                                                                                                                                                                                                                                               Lecture commune

J’ai lu ce roman en lecture commune avec ma partenaire Yukarie du blog La récréation littéraire de Yuka que je remercie beaucoup pour cette lecture commune. Pour lire son avis, c’est par ici :

http://www.larecreationculturelledeyuka.com/2013/01/chronique-le-dernier-jardin-tome-1.html#more                                                                              
Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Jeunesse / Young adult

Ce challenge a été lancé pour sa seconde année par Mutinelle et Kalea. Il se déroule jusqu’au trente septembre 2013. Je suis inscrite dans la Catégorie 3 : À su garder son cœur de mioche => Au moins 35 ouvrages.

5/ 35

Divergence

DIVERGENT Tome 1

Auteure : Veronica Roth

Genre : littérature jeunes adultes/dystopie

Nombre de pages : 451 p

Qu’est ce que la dystopie? Je dois avouer que, avant de consulter différents blogues de littérature, je ne connaissais pas du tout ce genre littéraire qui semble de plus en plus faire fureur dans la littérature jeunes adultes. Pour en savoir plus, j’ai donc décidé de consulté différents sites Internet. Je vous offre donc une définition de la dystopie, trouvée sur le site Le monde du livre dans un article intitulé La dystopie, gros plan sur un genre littéraire en pleine explosion….

«Ce sous-genre de la Science Fiction est apparu au milieu du XXème siècle avec la parution du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1932), 1984 de George Orwell (1949), ou encore Ravage de René Barjavel (1943). Ce genre littéraire s’oppose à l’utopie : il met en avant une société imaginaire basée sur les craintes humaines. Les romans appartenant à ce genre sont souvent des anticipations mettant en exergue des événements apportant le malheur suite à un projet politique précis. Ils anticipent les dérives de la société et en exposent les conséquences : mondes apocalyptiques généralement dominés par des régimes totalitaires. L’ambition des auteurs (essentiellement américains) est de nous mettre en garde contre l’égoïsme et l’inconscience des hommes : quelles conséquences pourraient avoir les catastrophes écologiques, la chute des démocraties, la corruption ?»

Pour lire l’article au complet et en savoir plus, voici le lien: http://mondedulivre.hypotheses.org/337

Autres romans dystopiques :

1) Hungers Games de Suzanne Collins
2) Promise d’Ally Condie
3) Delirium de Lauren Olivier
4) Le dernier jardin : Éphémère de Lauren Destefano
5) Starters de Lissa Price

Quatrième de couverture :

Dans le Chicago dystopique de Béatrice, la société est divisée en cinq factions, chacune dédiée à la culture d’une vertu : les Sincères, les Altruistes, les Audacieux, les Fraternels, et les Erudits. Sur un jour désigné de chaque année, tous les adolescents âgés de seize ans doivent choisir la faction à laquelle ils consacreront le reste de leur vie. Pour Béatrice, la décision est entre rester avec sa famille et être qui elle est, les deux sont incompatibles. Alors, elle fait un choix qui surprend tout le monde, y compris elle-même.

Mais Tris a aussi un secret, celui qu’elle a caché à tout le monde parce qu’elle a été averti qu’il peut signifier la mort. Et comme elle découvre un conflit croissant qui menace de percer cette société en apparence parfaite, elle apprend aussi que son secret pourrait l’aider à sauver ceux qu’elle aime. . . ou pourrait la détruire.

Mon avis : Peut contenir spoilers

Par où commencer! J’ai lu ce livre il y a un mois et même s’il n’est plus tout frais dans ma mémoire, je tenais absolument à en faire une chronique, car ce fut pour moi un énorme coup de coeur! Je l’ai lu en seulement deux jours et j’étais tellement prise dans le roman qu’il fallait que je le termine et je me suis couchée à quatre heures du matin. Cela ne m’était pas arrivée depuis un certain temps.

Je voudrais remercier l’auteure d’avoir créé un monde aussi fascinant. Wow! Je suis embarquée dans ce monde, ne demandant qu’à en découvrir les règles. Malheureusement, on ne découvre pas tout, ce tome nous n’en donne qu’une petite idée. On suit Tris qui choisit la faction des audacieux, alors on en sait moins sur les autres factions et particulièrement les sans factions. Mais, il n’en demeure pas moins qu’on tourne les page compulsivement au fil de la lecture, ne demandant qu’à en savoir plus, car l’action est présente, surtout à partir du moment de l’initiation jusqu’à la toute fin du roman. Triss est courageuse, forte, différente des autres, mais elle ne peut assumer sa différence dans cette société aux règles bien établies, dans laquelle les personnes sont étiquetées en 5 catégories.  Ce roman représente pour moi une quête d’unicité et c’est ce qui en fait toute la beauté. N’y a t’il pas là un parallèle à faire avec notre propre société où avec la publicité, on nous enjoint de nous conformer à une certaine image, à certaines façons de penser. Tris devra se battre pour son unicité et je crois que l’auteure à réussi à créer une héroine formidable. On angoisse, on se bat, on rage avec elle! Que dire de Quatre qu’on ne peut qu’adorer!

En sommes, je n’ai que d’éloges à faire pour cette dystopie et vivement la suite! Les auteures sont de terribles tortionnaires de nous faire attendre de la sorte.

Mon appéciation :

Énorme coup de cœur!!! :-))

Référence de l’image : http://www.centerblog.net/image-blog/172159-6175317-image-love-avec-joli-coeur-rose
Livre lu dans la cadre du Baby jeunesse challenge 2012. C’est mon premier article pour ce challenge et 4e livre lu, ayant déjà lu 3 livres de cette liste.