Archive | novembre 2016

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, tome 1 de Nathalie Stagier

Couverture Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, tome 1Auteure : Nathalie Stagier

Éditeur : Éditions Syros

Genre : Littérature jeunesse / Littérature jeunes adultes / Science fiction

Nombre de pages : 426 p.

Quatrième de couverture :

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous…
… parce que pour elle, votre monde ressemble au Moyen Âge.
… parce qu’elle sera envahissante, agaçante, imprévisible.
… mais surtout, parce qu’elle détient un secret terrible. Et c’est à vous qu’elle va le confier.

Mon avis :

Déjà en librairie, le titre de ce roman m’a beaucoup intriguée. Qui est cette fille du futur? À quoi ressemble le futur de ce roman? Quels problèmes cette fille du futur va t’elle causer à la famille qui va l’héberger? Les questions affluaient de toutes parts dans ma tête sans même que j’ai lu une seule ligne du roman ou de la quatrième de couverture. Ni de une, ni de deux, j’ai acheté ce roman. Je présentais que ce serait une lecture originale, différente de ce que je lis habituellement et je ne me suis pas trompée. Nathalie Stagier mêle habilement aventure, suspense, réalisme et humour. J’ai tournée les pages de ce roman sans même m’en rendre compte.

L’intrigue se déroule à notre époque, ou dans un future proche de notre époque, soit en 2019. Andréa, une lycéenne tout ce qu’il y a de plus ordinaire remarque un groupe de filles pas comme les autres qui traînent devant son lycée. Plus tard, elle revoit l’une des filles de ce groupe, seule et qui semble désemparée. Andréa cherchera à l’aider et prendra cette jeune femme du nom de Pénélope sous son aile. Cette dernière lui confiera qu’elle vient du futur, de l’an 2187 et qu’elle est incapable de retourner à son époque, bien que cela semble difficile à croire.

Pour moi, les personnages sont une grand force de ce roman. Pénélope est décrite comme une adolescente d’une beauté rare, mais sous cette apparence parfaite, le lecteur se rend vite compte de ses imperfections et combien il n’est pas facile pour elle de s’adapter dans ce monde tout à fait nouveau.  Pénélope agit bizarrement parfois, comme lorsqu’elle agresse un policier qui cherche seulement qu’à l’aider, et elle peut paraître hautaine dans ses réponses à certaines personnes, surtout aux garçons. J’ai eu du mal à cerner ce personnage, qui est facile à détester, mais plus j’ai appris à la connaître, plus je l’ai aimée, car elle a été élevée d’une manière totalement différente avec des valeurs qui entrent en conflit avec celles de l’époque d’Andréa. Malgré cela, Pénélope a bon cœur et une belle amitié naît entre elle et Andréa au fil du récit. Andréa montre une ouverture d’esprit et une loyauté indéfectible envers Pénélope, alors qu’elle aurait pu la laisser tomber maintes fois et avec raison. Andréa est intelligente, authentique, pas superficielle du tout en comparaison avec d’autres adolescentes de son âge. Elle rêve de voyager et d’apprendre et c’est ce qui m’a charmée chez elle.

L’auteure sème avec parcimonie des informations sur l’époque de Pénélope, le futur, et j’ai trouvé intéressant de constater que l’humanité avait reculé à certains égards, alors qu’on aurait pu pensé qu’elle aurait évolué et serait bien meilleure que l’époque actuelle. Le futur n’est guère aussi reluisant que le lecteur aurait pu penser et cela m’a fait réfléchir à notre monde et à la manière dont il évolue. Avec le terrorisme, l’environnement qui se dégrade, la violence omniprésente, je ne crois pas que notre monde évolue toujours dans le bon sens, à l’instar du futur présenté dans le roman.

En somme, c’est un roman que je ne pensais pas aimé autant au départ et qui m’a agréablement surprise. L’action est omniprésente et la quête pour sauver l’humanité qui se faufile est très intéressante et apporte une bonne touche de suspense au récit. Découvrez ce futur sans attendre.

Quelques citations :

« – Ça ne vous dérange pas que Pénélope soit une fille du futur ? Vous ne trouvez pas ça incroyable ?
– Des choses incroyables , j’en voit tous les jours . Des gens à la rue dans une société qui pourrait leur permettre de vivre dignement, par exemple . »

« Si les hommes étaient aussi petits que Yoan , ils seraient obligés de nous obéir . Ce serait eux qui feraient le ménage .[…]
Les hommes pourraient aussi s’occuper des bébés et des jeunes enfants pendant que les femmes se consacreraient à leur métier . […], ils pourraient fournir un vrai travail de façon discrète et efficace . Evidemment , ils feraient tout ça sans être payés, sinon ça reviendraient trop cher .
– Ça ne te gênerait pas que les êtres humains soient traités comme des personnes de seconde zone ?
Pénélope rit.
– Tu exagères ! Nous serions gentilles avec eux . Tiens, nous pourrions même être galantes, puisque la galanterie leur plaît . On leur tiendrait la porte , on les laisserait s’assoir dans les autobus et on porterait leurs courses quand ils seraient vieux . Peut-être même qu’ils auraient le droit de vote ! »

« -[…] De toute façon ma vie est foutue . Je suis coincée dans ton époque de merde .
– Attention , fais-je remarquer , tu commences à parler comme moi .
– Je sais, c’est horrible . Je me médiévalise. »

Publicités