Les soeurs Andreas

9782501076401-T
Auteure : Eleanor Brown

Genre : Littérature contemporaine

Nombre de pages : 446 p.

Quatrième de couverture :

Trois sœurs, élevées au milieu des livres par un père excentrique, obsédé par Shakespeare au point de les avoir baptisées de prénoms d’héroïnes du célèbre dramaturge, rentrent au bercail pour s’occuper de leur mère malade. Mais qu’ont véritablement en commun l’aînée si timide et casanière, la séduisante et mystérieuse cadette, et la benjamine bohème ?

Pourquoi Rose ne parvient-elle pas à abandonner sa ville natale pour rejoindre son fiancé qui a décroché un poste de professeur en Angleterre ? Pourquoi Bean a-t-elle quitté si précipitamment New York pour revenir s’installer à Barnwell, la petite ville universitaire qu’elle déteste tant ? Et pourquoi Cordy réapparaît-elle soudainement après avoir erré pendant des années, enchaînant petits boulots et aventures sans lendemain ? Au cours de ce long été qu’elles passeront toutes ensemble à Barnwell, les filles Andreas découvriront que leurs sœurs, leurs parents et leur petite ville natale pourraient leur offrir bien plus qu’elles ne croient…

Mon avis :

Tout d’abord, je me suis reconnue à travers l’amour des livres qui transparaît dans cette famille. Le père est un fanatique de Shakespeare qui a inculqué l’amour des mots à ses trois filles. J’ai trouvé charmant que les membres de cette famille utilisent des extraits d’oeuvres de Shakeapeare pour dialoguer entre eux. J’aurais aimé avoir plus de connaissances sur l’oeuvre de Shakespeare pour être à même de comprendre certaines subtilités du roman.  Néanmoins, ça m’a donné envie d’envie de me plonger dans ces oeuvres. Également, dans les moments difficiles, au lieu de communiquer ce qui ne va pas, chacune des trois soeurs se réfugient dans la lecture qui fait parti de leur quotidien.

D’ailleurs, j’aimerais partager avec vous une citation que j’ai beaucoup aimé dans le roman et qui représente bien l’importance que revêt la lecture pour ces trois soeurs : « Elle se retourna pour regarder le salon, où une faible lampe placée derrière la bergère favorite de notre père, d’un orange décoloré par le soleil, projetait des ombres sur la multitude de livres ouverts, éparpillés sur la moindre surface disponible, en dépit de ses efforts de rangement. Désordre de littérature – les vices de la famille saisis dans ce tableau à la veillée. Nous n’avons jamais été des lecteurs organisés, capables d’aller jusqu’au bout d’un ouvrage dans un ordre logique . Nous nous faufilons dans et hors des mots comme des touristes en excusions montent et descendent d’un autocar. Vous posez un livre dans la cuisine pour vous rendre à la salle de bain, et, au retour il aura disparu, remplacé par un autre tout aussi intéressant.  Nous aimons lire toutes sortes de choses sans discernement.» Ainsi, les membres de cette famille ont une relation particulière avec la lecture qui transcende tout le roman.

Bien sûr, le roman tourne autour des trois soeurs si différentes et semblables à la fois. Comme il est signifié dans le roman, les trois s’aiment, mais ne s’apprécient guère. Dans la trentaine, les trois arrivent à un moment charnière de leur vie où des décisions importantes s’imposent et où elles se rendent compte que leur vie n’est pas comme elles l’avaient rêvée, chacune ayant vécu son lot d’échecs. On se retrouve facilement par rapport aux questionnement sur la vie en général des soeurs. Cordy apprend qu’elle est enceinte alors qu’elle a de la difficulté à s’occuper d’elle-même. Rose, en tant qu’ainée de la famille, s’est toujours occupée de ses soeurs et de tout dans sa famille. Elle a forgé son identité sur le fait que les autres avaient absolument besoin d’elle et qu’elle se devait d’être là pour tout le monde, sans jamais penser à ce qu’elle désirait vraiment. Qui est-elle si personne n’a plus besoin d’elle? L’annonce du cancer de la mère va ramener les trois soeurs à la maison, mais ce n’est qu’un prétexte, car chacune a des raisons beaucoup plus profondes pour revenir. Ainsi, j’ai trouvé la psychologie des personnages très travaillée et fouillée. J’ai bien compris leur motivations et pourquoi ils agissent comme ils agissent. Le roman est assez réaliste et malgré qu’il n’y ait pas beaucoup d’action dans le livre, j’ai trouvé que c’était une belle histoire.

Bref, si vous aimez les histoires de vie qui sont assez réalistes, les sagas familiales, je vous conseille celle-ci qui est très bien écrite. Vous vous attacherez facilement je pense, à ces trois soeurs.

Mon appréciation :

8/10

Image libre de droits: Livre de relevé de soeurs. Image: 25677996
 
Publicités

11 réflexions sur “Les soeurs Andreas

    • Tant mieux alors Viou. Je crois que quand un livre nous attire, même si on lu des avis mitigés, il faut lire le livre en question pour se faire sa propre idée et voir s’il nous plaît ou pas finalement. Les perceptions diffèrent tellement d’une personne à une autre. J’espère que si tu le lis, il te plaira.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s